Je remercie Dieu

Témoignage de Sr Abecia Mora Ugalde

Je suis Soeur Albecia Mora Ugalde, missionnaire combonienne et j’ai fait ma profession  en 1992 à Quito en Equateur, où je passai six années en tant que junior et quatre ans au Brésil. Puis j’ai demandé à mes supérieures de m’envoyer en Afrique, car je voulais savoir pourquoi Comboni avait tant aimé les Africains.

J’ai étudié le français en Belgique pendant quelques mois et j’ai été envoyée à la province de Centrafrique – Tchad, où je suis actuellement.

Aujourd’hui, depuis treize ans, je partage ma vie avec les gens du Tchad je ne peux pas dire que j’ai répondu á mes attentes, j’ai fait seulement mon expérience, j’ai grandie dans ma façon de vivre, d’être une femme consacrée à la mission et j’ai perçu l’amour inconditionnel de Comboni pour le plan de salut pour les peuples d’Afrique.
Il me plaît voir Comboni comme un homme avec une vision large, capable de sentir et de voir la main de Dieu dans les différentes réalités, en mesure de se rendre là où seule la foi et l’abandon inconditionnel peuvent atteindre. Je comprends un peu plus ce que signifie la croix de la mission comme fruit de la rédemption, vivre comme une pierre cachée, travailler avec Dieu et être une petite graine qui, un jour donnera ses fruits.

J’ai fait pas mal d’expériences, dont certaines sont gravées dans mon cœur, et d’autres que, je pense, je ne pourrai jamais comprendre parce que dans certains aspects nous vivons dans des mondes différents et nous devons renaître et nous laisser transformer totalement par la culture de ce pays, pour comprendre. Cependant, il est agréable de découvrir que l’amour de Dieu fait chair, s’incarne dans des réalités différentes et change la mentalité et le mode de vie et cela fait de nous des frères. Tout cela n’est pas facile. En effet, on ne m’avait jamais dit qu’être missionnaire combonienne serait facile. Mais je me sens plus évangélisée que évangélisatrice, parce que le peuple du Tchad m’a instruit á la confiance, pour accueillir les personnes, à «donner le temps», à vivre avec le strict nécessaire chaque jour, en faisant confiance à la Providence.

Cette année, j’ai eu la grâce de participer à un cours de formation de trois mois à Vérone, avec mes sœurs Comboniennes de différentes nationalités, de différentes missions. Ce fut un moment intense de partage de notre vie missionnaire et des besoins de la mission; avoir un temps juste pour nous, pour prier, partager et approfondir nos vies et les besoins de la mission. Une des choses qui m’a touché beaucoup a été l’occasion de visiter et de partager avec nos sœurs âgées et malades, où je sentais leur désir de vivre avec une énergie toujours nouvelle, quand elles parlaient de leurs expériences missionnaires et de la nostalgie du temps passé en mission.

Cette fois, la formation a été l’occasion pour moi de boire de l’eau fraîche que le Seigneur donne à des gens assoiffés, la chance d’être avec lui et d’entendre sa parole qui me demande de continuer à offrir ma vie pour être un instrument de l’amour et de la miséricorde de Dieu.
Je remercie Dieu pour le don de ma congrégation, de ma province et de chaque sœur avec qui je eu la chance de partager.

Share Button