Femmes de nostre mémoire

LES MISSIONNAIRES DE COMBONI SE RACCONTENT

Récemment, le « Studium » Mères Nigrizia – chargé de la publication de nos documents historiques – a délivré à la presse le premier volume d’un recueil biographique combonien, au féminin, qui entend être complet. Parce que la nôtre est une histoire qui doit être racontée. Elle n’est pas seulement la nôtre. Elle est histoire de l’église,  elle appartient à tout le peuple de Dieu. Le récit de sours comme celles-ci – commentait le journaliste Arnaldo Cipolla, della Stampa, après avoir rencontré à Khartum Elisabetta Venturini et Caterina Chincarini – une fois connu en Italie fera du bien à la foi, aidera à croître, à regarder les personnes et les événements d’une autre perspective, d’un autre point de vue…

La pensait ainsi, de ce qu’il nous résulte, même Carla Troenzi, une de nos premières supérieures générales. Dans une lettre datée du 13 janvier 1947, par exemple, on peut lire :

« Sours très chères,c’est mon désir mettre entre vos mains, surtout entre celles des  plus jeunes, des livres spéciaux, livres capables de former à la vie de la missionnaire, à cette vertu solide qui presse tant, dans votre vie. Je pense que je ne pourrais pas faire de mieux pour rejoindre le but, que de m’intéresser à faire publier l' »histoire » de beaucoup de sours qui nous ont précédées et que maintenant brillent  de gloire très pure… Tant de noms s’imposent à ma mémoire : Marie Bollezzoli, Giuseppa Scàndola, Costanza Caldara, Francesca Dalmasso, Pierina Stoppani…

Je prie donc vivement toutes les sours qui savent quelque chose, à  vouloir le mettre par écrit * en indiquant, si possible, les dates et les lieux des faits produits…

Je recommande d’accompagner les  écrits avec des belles photographies  »

Vingt ans après, le Concilie Vatican II aurait dit la même chose :

Aller aux racines, retourner aux sources, faire mémoire des personnes et des événements, veut dire même retrouver notre identité chrétienne, comprendre mieux le pourquoi de notre vie, éclairer le chemin à suivre dans un monde qui semble se laisser envelopper toujours plus des ténèbres et de la confusion.

Nous vous invitons donc, à feuilleter avec nous notre Livre de la Mission, les Actes de notre Histoire. Nous ne nous limiterons pas au premier volume du recueil biographique. Nous passerons aussi dans le second, et peut-être dans le troisième, qui est en préparation…. Mois après mois, pendant toute cette année, nous mettrons à feu le profil d’une missionnaire, nous écouterons sa voix, revivrons avec elle les joies et les fatigues du « travail » missionnaire…

*Nous, de notre part, voudrions diriger le même appel à tous  les parents, les amis, qui auraient  des souvenirs ou lettres des missionnaires décédées. Les consigner à l’archive, c’est la forme meilleure pour conserver et pour faire connaître…