Spiritualité

Notre spiritualité naît de l’héritage que Comboni nous a laissé:

  • la contemplation du Cour transpercé du Christ en maintenant nos yeux fixés en Jésus Crucifié, en faisant nôtres ses sentiments : sa donation inconditionnelle au Père, l’universalité de son amour pour le monde et son implication dans la douleur et dans la pauvreté de l’humanité (cfr. Rd. V 3)
  • l’amour à la Croix qui nous appelle à assumer en Christ la souffrance de nos peuples. En elle nous trouvons l’authentique signification de l’esprit de sacrifice, entendu comme disposition à perdre tout pour Dieu et pour la mission,
  • le martyre : Elles seront heureuses de s’offrir à perdre tout et mourir pour Lui et avec Lui (Écrits 2722). C’est notre béatitude.  C’est l’ascèse missionnaire esquissée par Comboni pour nous, à vivre comme une unique passion : « Lorsque on aime vraiment Christ, alors ce sont douceurs les privations, les souffrances, le martyre ».

Comboni nous indique Marie comme compagne de  notre chemin, la femme de l’Heure, la femme qui reste aux pieds de la Croix.

Comboni nous identifie comme femmes de l’Évangile qui ne doivent pas avoir peur d’oser.

Dans Chapitre Général de 2004 nous avons senti l’urgence d’approfondir la
mystique d’oser:

  • pour rester avec Marie aux pieds de la Croix (Jn. 19,25) et des crucifiés d’aujourd’hui, comme  femmes libérées, allumées, transportées de la divine flamme (Écrits 2742). Aussi en sachant de ne pas être croyables, puisque des femmes (Lc. 24,10) les témoins du Calvaire, deviennent audaces et courageuses apôtres de l’annonce de Résurrection 

    _mystique de l’annonce ;

  • pour vivre le tourment de notre histoire personnelle, de Congrégation, de nos peuples comme la femme de l’Apocalypse, en respectant l’Heure d’attente d’une nouvelle vie, et de nouveaux mouvements de l’Esprit de Dieu (Écrit 464) 

    _mystique de la patience ;

  • pour accomplir le premier pas dans les chemins de réconciliation, en dépassant les dualismes et l’ambiguïté de langage, en guérissant la mémoire, en offrant et en accueillant le pardon pour une relation rénovée ad intra dans le cénacle et ad extra comme geste qui transforme le monde

    _mystique du pardon;

  • pour être comme les femmes anonymes de l’Évangile qui se confondent dans la foule, les femmes de l’histoire d’aujourd’hui qui protègent et soutiennent la vie à tout niveau. Savoir diminuer pour que les autres grandissent, sachant que le témoignage a été rendu

    _mystique de la pierre cachée ;

  • pour faire cause commune dans la férialité notre et de nos peuples, en nous laissant toucher de leurs blessures et entrer dans leurs souffrances : mon intime frémi de compassion (Os. 11,8) jusqu’à casser des schémas, dénoncer des violences, et se  faire anathème à leur avantage (Rm. 9.3 ; Écrits 3553)

    _mystique de la compassion.