Rapport sur les activités du Secrétariat

Résumé novembre 2013-octobre 2014

 1. Agir pour une plus grande justice économique en Afrique: Plan d’action 2014-2018 d’AEFJN 
En novembre 2013, l’assemblée générale d’AEFJN a approuvé le nouveau plan d’action pour la période 2014-2018. L’évaluation annuelle permettra d’ajuster certains aspects et de les mettre en perspective ; elle veillera à ce que l’orientation du plan d’action et les sujets soient pertinents. Les élections au Parlement européen ont constitué un évènement important durant cette année pour AEFJN. Il était surtout important de suivre les changements au niveau de la Commission européenne ainsi qu’au Parlement européen. 
1.1 Accaparement des terres 
Dans le cas de la souveraineté alimentaire, la priorité a été l’accaparement des terres, car ceci menace la souveraineté alimentaire et l’accès à la terre et à l’eau. Ceci affecte la survie des agriculteurs familiaux qui constituent le groupe le plus important de producteurs de nourriture en Afrique. 
AEFJN a lancé une campagne pour un moratoire de 5 ans sur la location et la vente de grandes surfaces agraires, dans le but d’empêcher l’accaparement des terres. Ceci permettra aux pays africains d’entreprendre une réforme agraire simplifiée permettant aux petits cultivateurs de posséder leurs terres et de vivre de leur travail. Le moratoire donnera à tous – pays hôtes et investisseurs – la possibilité d’établir et d’adopter une législation légalement contraignante de l’investissement dans l’agriculture afin de protéger les entreprises familiales, la population, l’environnement et la biodiversité. 
AEFJN exerce un lobby sur l’UE pour qu’elle cesse de soutenir la consommation d’agro-carburants dans les transports routiers de l’UE et qu’elle encourage des formes de transport plus acceptables. Il est inacceptable que des pays industrialisés brûlent de la nourriture en guise de carburants pour leurs véhicules alors que près d’un milliard de personnes dans le monde sont affamées. 
1.2 Matières premières et justice dans les entreprises 
La justice dans les entreprises encourage la notion de responsabilité sociale des compagnies européennes oeuvrant outremer pour assurer qu’elles sont légalement responsables de l’impact de leurs opérations sur les populations et sur l’environnement. L’exploitation des ressources naturelles peut avoir des effets adverses sur les droits humains. D’une part, les entreprises européennes qui opèrent dans des pays d’Afrique affectés par des conflits devraient s’assurer que leurs opérations directes et leurs contacts d’affaires avec d’autres parties, y compris via leurs chaînes d’approvisionnement, n’ont pas activé ou financé des conflits et/ou des violations des droits humains. D’autre part, les entreprises européennes exploitent les ressources naturelles des pays d’Afrique et renvoient les profits en Europe ou dans des paradis fiscaux. Dans les deux cas, la transparence du comportement des compagnies européennes travaillant en Afrique est devenue un sujet important qui exige un système de régulation légalement contraignant pour toutes les parties prenantes : gouvernements, industrie extractive, institutions financières. 
Le 5 mars 2014 fut publiée la proposition pour une régulation de la diligence raisonnable sur la chaîne d’approvisionnement des importateurs responsables d’étain, de tantale, de tungstène et d’or provenant de pays dans lesquels ont lieu des conflits ou qui risquent d’en avoir. Toutes les sociétés qui commercialisent en UE des minerais provenant de régions affectées par des conflits devraient contrôler leur chaîne d’approvisionnement afin de diminuer le risque de financement de conflits, ou d’abus des droits humains. 
1.3 Commerce 
L’activité d’AEFJN sur le commerce est orientée vers les négociations commerciales des accords de partenariat économique (APE) entre l’Union Européenne et les régions africaines. L’UE a tout intérêt à ouvrir les marchés africains aux entreprises européennes, afin d’en augmenter la compétitivité. Comme conséquence des APE, les pays africains devront réduire les droits de douane à l’importation afin d’être compétitifs par rapport aux produits et aux entreprises de l’UE. Ceci fera souffrir la production africaine et détruira les petites et moyennes entreprises. En même temps les gouvernements africains seront obligés d’adopter certaines législations européennes et ne pourront décider eux-mêmes de leur propre politique commerciale. Il s’agit donc d’une perte de souveraineté. 
Au cours des derniers mois, différents accords de partenariat économique ont été signés ou ratifiés. Actuellement l’APE est mis en application dans 4 pays de la communauté d’Afrique orientale et méridionale: Madagascar, l’Ile Maurice, les Seychelles et le Zimbabwe. Dans la communauté économique de l’Afrique centrale, le Cameroun a ratifié l’APE. Les négociations avec la CEDEAO et la Communauté de développement de l’Afrique australe ont été conclues le mois passé. Les négociations avec la communauté d’Afrique orientale sont en cours. Dans cette communauté, seul le Kenya a été exclu des marchés de l’UE jusqu’à conclusion des négociations. La conclusion des négociations exige la ratification par tous les parlements nationaux, et les actions des mois à venir doivent viser à obtenir des parlements qu’ils ne ratifient pas ces conventions ou traités. 
1.4 Accès à des médicaments de qualité 
La tendance actuelle des pays occidentaux à renforcer les droits de propriété intellectuelle a une conséquence directe sur l’accès à des médicaments de qualité à des prix accessibles en Afrique. AEFJN insiste auprès de l’UE afin de protéger la santé publique en mettant les génériques à l’abri de droits de propriété intellectuelle renforcés, afin de faciliter l’accès à des médicaments génériques. Il existe actuellement une tendance à abolir le système de brevets, car le grand volume de brevets est devenu une barrière importante à l’innovation. 
1.5 Changement climatique 
Le centre d’intérêt principal du changement climatique concerne les agro-carburants. En décembre 2013, le Conseil n’a pu se mettre d’accord, en première lecture, sur le compromis du Parlement Européen pour limiter les bio-carburants basés sur des denrées alimentaires qui peuvent être éligibles pour le soutien de l’état. Cette impasse a causé un blocage du processus politique jusqu’en juin 2014, où le Conseil des Ministres de l’énergie de l’UE est arrivé à un compromis sur les agro-carburants. On s’attend à ce que les discussions en seconde lecture au PE continuent au cours de l’automne 2014. 
Plaidoyer : Information et conscientisation, Lobbying, articles, vidéos, ateliers, Collaboration dans des plateformes et des groupes avec d’autres organisations, etc. 
2. Réalisations dans la mise en oeuvre du Plan d’Action 2014-2018 
2.1 Accaparement de terres et agro-carburants 
Suite à l’action média du 10 Octobre, AEFJN et partenaires ont été reçus par un fonctionnaire de la Banque Mondiale à Bruxelles. Le fonctionnaire s’est engagé à passer nos préoccupations et demandes au conseil d’administration de la Banque Mondiale à Washington. 
Moratoire : Pour le moratoire, le travail préparatoire a été terminé et la campagne a été lancée via le site web et le courrier électronique. 
Après, une base de données regroupant les organisations de la société civile qui seraient intéressées à soutenir un moratoire (construction d’une coalition) et des institutions et des personnalités qui ont exprimé des préoccupations au sujet de l’accaparement de terres ont été compilés. 
Agro-carburants : Le Parlement Européen doit prendre une décision au début de 2015. Après cette décision, le Plan d’action pour le domaine des agro-carburants devra être évalué afin de déterminer la suite des actions pour les agro-carburants. 
2.2. Matières premières et responsabilité sociale des entreprises 
Le 5 mars 2014, la Proposition pour une régulation de la diligence raisonnable sur la chaîne d’approvisionnements des importateurs responsables d’étain, tantale, tungstène et or provenant de régions en conflit ou à risque a été publiée [COM (2014) 111 2014/0059]. Toutes les sociétés qui font en UE du commerce de minerais provenant de régions affectées par un conflit doivent contrôler leurs chaînes d’approvisionnement pour réduire le risque de financer le conflit et des violations des droits humains. Bien que cette proposition soit présentée comme un plan volontaire, AEFJN exercera un lobby pour une directive légalement contraignante pour toutes les sociétés. 
Le Parlement Européen a adopté en avril 2014 la directive sur la divulgation d’informations non financières par certaines grandes sociétés. Les entreprises concernées devront divulguer des informations sur les politiques, risques et résultats en ce qui concerne les questions environnementales, les aspects sociaux et relatifs aux employés, le respect des droits humains, les questions de corruption et de pots-de-vin. Bien que les nouvelles règles ne s’appliqueront qu’à certaines grandes entreprises, AEFJN exercera un lobby pour qu’on les exige aussi bien des petites et moyennes entreprises, et pour des règles plus strictes pour la responsabilité sociale et la transparence de ces sociétés. 
2.3 Résultats obtenus pour le commerce international: 
Malgré la signature des APE pour deux régions en Afrique (la CEDEAO et la communauté de développement d’Afrique australe) et les négociations avec la communauté d’Afrique orientale et la communauté d’Afrique orientale et australe, la conscience des dommages potentiels de l’APE progresse parmi les gouvernements africains et la société civile publique. L’Afrique a souffert de la pression de l’UE pour des conditions injustes. Il y a eu beaucoup de campagnes en Afrique et en Europe contre les négociations, et la société civile a effectué de grandes mobilisations parmi la population. Malheureusement, des pays africains ont accepté les négociations, mais maintenant le processus de mise en oeuvre sera encore long parce que les accords doivent être approuvés par tous les parlements nationaux en Europe et en Afrique. Il y a encore de l’espoir de minimiser l’impact des APE sur les pays africains. 
2.4 Renforcement des capacités sur les questions de justice économique pour les membres d’AEFJN 
Le projet de renforcement des capacités sur les questions de justice économique pour AEFJN a été en route au cours de l’an dernier. Les manuels en anglais et en français ont été publiés et présentés à Rome au cours de la dernière réunion de l’Exécutif. Il a été distribué à toutes les congrégations religieuses présentes à la réunion et à d’autres qui ont demandé les manuels au Secrétariat. De même, des manuels ont été envoyés au Sénégal, au Cameroun et au Kenya. Les manuels sont disponibles pour tous les membres d’AEFJN, aussi bien que pour tous les groupes JPIC en Afrique, à leur demande.
3. Travail en réseau à AEFJN 
La vie du réseau dépend de la communication entre ses différents pôles et de l’engagement de chaque membre vis-à-vis du but commun. Le réseau AEFJN a quatre pôles principaux : les congrégations membres, l’Exécutif, le Secrétariat et les Antennes. Les assemblées générales et les réunions des Antennes sont les deux événements annuels où toutes les parties du réseau se rencontrent. Les téléconférences sont aussi des moments importants où toutes les parties du réseau se rencontrent. 
Antennes européennes 
Antennes africaines : Cameroun, R.D. Congo (Antenne de Lubumbashi) , Benin 
Burundi : Un évêque de l’Eglise libre se dit très intéressé à former une Antenne. 
Collaboration Secrétariat – Antennes : visites. 
Visite du P. Chika au Secrétariat à Bruxelles 
3.1 Réunion des Antennes 
Le réseau Afrique-Europe Foi et Justice a tenu sa réunion annuelle des Antennes du 16 au 18 mai à Bruxelles. Neuf Antennes étaient représentées et Gervase Taratara (Président d’AEFJN) et Denise Bang’na sont venus de la part de l’Exécutif à Rome. Sous la guidance du Secrétariat, la réunion fut remarquable pour son esprit de participation et de dialogue. 
Durant la réunion nous avons eu l’occasion de réfléchir au travail du réseau et aux défis auxquels nous sommes affrontés. Les différentes Antennes ont parlé de leurs principales activités des douze derniers mois et de leurs priorités pour l’année à venir, en indiquant comment elles s’ajustent au plan d’action 2014-2018 d’AEFJN. Il y eut aussi du temps pour mettre en commun des idées sur la manière dont les Antennes pourraient étendre leur travail avec d’autres groupes africains en Europe et intégrer des laïcs dans la vie des Antennes. 
L’Exécutif exprima aussi l’espoir de voir davantage d’Antennes émerger en Afrique et le désir de continuer à travailler en Afrique, à conscientiser au sujet de la justice économique et de rester en contact avec la réalité de la vie en Afrique. 
3.2 Téléconférences 
Le Secrétariat a continué à organiser des appels en conférence pour le réseau entier. Les Antennes, le Secrétariat et certains membres de l’Exécutif ont participé aux 5 appels en conférence depuis la dernière assemblée générale des membres (2013). Actuellement, les appels en conférence durent 1,5 heure et ont lieu une fois tous les deux mois, le 2e lundi des mois impairs. Les téléconférences sont devenues un lieu de réunion structuré du réseau et une opportunité pour discuter et partager la vision, les actions, programmes et activités. 
4. Elargir notre réseau 
REDES, VIVAT, AFJN, partenariat en Europe, partenariat avec AFJN. 
4.1 Projets 
Projet de renforcement des capacités. Comptabilité et préparation du rapport financier et du rapport d’activités pour 2013, envoyé aux donateurs en décembre 2013. Les manuels sur la justice économique ont été présentés à Rome lors de la réunion de l’Exécutive en mars 2014. Tous les membres des congrégations ont reçu 10 exemplaires (5 en français et 5 en anglais). Les manuels ont été envoyés au Kenya, le Sénégal, le Cameroun, l’Afrique du Sud et Madagascar. Les Antennes en Europe ont reçu les manuels. 
Projet pour renforcer le partenariat avec les organisations africaines. Préparation et présentation du nouveau projet en décembre 2013. Le projet a été approuvé et le subside pour 2014 a été envoyé en décembre 2013. Sur le développement de ce projet, le Secrétariat prépare un événement au Parlement européen le 11 Décembre appelé « Combler le fossé Entre la Politique et la pratique: Les principes Internationaux et les acquisitions de Terres à Grande Échelle en Afrique ». 
Etude sur des questions d’AEFJN. Préparation et présentation d’un nouveau projet pour 3 sujets par an choisis dans les programmes d’AEFJN. Ce projet est présenté comme réalisé en collaboration avec JSCAM (Centre Sociales des Jésuites en Afrique et Madagascar). Il est approuvé et le subside pour 2014 a été envoyé en février 2013. Actuellement, il y a 3 projets sur le processus au Kenya, à Madagascar et au Sénégal. Les études sont sur les accords de partenariat économique en Afrique de l’Est, l’accaparement des terres et des ressources naturelles respectivement. 
4.2 Site web 
Le site web d’AEFJN est disponible en ligne en anglais comme en français. La page d’accueil présente maintenant la dernière livraison de « Echos d’AEFJN » Des articles dans les différentes sections sont faits chaque fois qu’Echos d’AEFJN est publié. Une section a été créée pour le moratoire. 
Chaque membre du personnel met à jour ses sections avec des articles et des photos. Les Antennes mettent à jour leur propre section. 
Statistiques du site web. De novembre 2013 à septembre 2014, nous avons constaté 424.837 visites sur le site (comparé à l’année précédente avec 331 362 visites pour une même période). Il y a donc une augmentation significative de visites cette année. Le mois qui a compté le plus de visites fut mars 2014 avec 55.711 visites. La moyenne journalière va de 1224 visites en novembre 2013 à 1103 visites en septembre 2014. 
4.3 Visites au Secrétariat 
Quelques missionnaires durant leur congé en Europe et quelques partenaires durant leur séjour en Belgique visitent le Secrétariat afin de mieux connaître AEFJN ou pour discuter d’une collaboration éventuelle. Des groupes de religieux ou de missionnaires lors de leur passage dans la capitale de l’Europe visitent le Secrétariat afin d’avoir une présentation du travail d’AEFJN: ce fut le cas de Daisuke Narui (SVD) et des membres de certaines Antennes (Jean-Louis Marolleau, Christian Roberti). 
4.4 Echos d AEFJN 
5. Conclusion 
Sr Begoña Iñarra a terminé son mandat et sera remplacée par le P. Chika. Le Secrétariat exprime sa gratitude à son ancienne secrétaire exécutive Begoña Iñarra. Dans l’UE le changement est aussi important. Une nouvelle Commission est mise en place à l’automne 2014 par un Parlement lui aussi nouvellement élu. 2014 fut aussi une année de contacts fructueux avec l’Afrique. Le personnel a eu l’opportunité de voyager en Afrique pour observer, écouter, et sentir la réalité du peuple africain. 
Le manuel, aussi bien que la conviction du personnel de pousser à des politiques plus justes, a été bien reçu sur le continent et de nouveaux partenariats furent établis. Le personnel a pu observer un vent de changement et d’espoir qui souffle dans tout le continent. 
Le personnel du Secrétariat exprime sa gratitude pour avoir eu l’opportunité d’accomplir sa mission. Nous remercions les membres des congrégations et instituts pour leurs généreuses contributions qui nous ont permis de planter des semences de changement. Nous remercions le Comité exécutif pour le temps qu’ils ont consacré au projet missionnaire d’AEFJN et pour les visites au Secrétariat ou encore leur présence aux réunions de l’Antenne. Nous remercions les instituts et congrégations membres qui ont permis à ce projet missionnaire inter congrégations pour la Justice de devenir une réalité dans notre monde. Nous vous assurons de notre dévouement et nous sommes prêts à nous donner entièrement à la mission que vous nous avez confiée 
Share Button